Intervenants 2020


David Hudry

Compositeur, musicologue et enseignant en classe préparatoire, David Hudry cultive l’éclectisme dans sa pratique artistique. Sa musique puise son inspiration dans les arts graphiques, notamment dans les oeuvres et réflexions de peintres comme P. Klee et W. Kandinsky, M. H. Vieira da Silva ou encore Zao Wou-Ki. Si ces influences picturales sont profondément ancrées en lui, sa musique se fraie désormais un chemin original à travers les thèmes du monde industriel et des villes abandonnées. Cette nouvelle source d’inspiration visuelle et sonore donne à sa musique un nouveau souffle dans lequel la pulsation, le rythme et le timbre jouent un rôle primordial. Il puise dans les images de friches industrielles et de lieux en déshérence, mais aussi dans la matière sonore brute des industries encore en activité, toute la substance qui donne à sa musique une vitalité et une énergie singulière.
Parallèlement à une formation au Conservatoire de Montpellier, il mène des études de musicologie à l’université Paul Valéry à Montpellier et obtient une Agrégation de Musique en 2002.Il intègre la classe de Composition et Nouvelles Technologies du CNSMDP (E. Nunes, S. Gervasoni, L. Naon) et obtient son Diplôme de Formation Supérieure en 2008. En 2006, il intègre le cursus de Composition et Nouvelles Technologies de l’IRCAM (Y. Maresz, M. Malt, J. Lochard, E. Jourdan) dans lequel explore différents outils d’aide à la composition et élabore une réflexion sur les enjeux esthétiques liés aux nouvelles technologies.
David Hudry a été récompensé par la bourse de la Fondation Meyer (2006), le prix de Composition Pierre Cardin (Institut de France, Académie des Beaux-Arts, 2012), le prix de la “Fondation Francis et Mica Salabert” (2015). Il a reçu récemment le prix jeune compositeur de la Fondation Ernst Von Siemens (2016).
Plus d’information : http://davidhudry.com/


ensemble Ars Nova

Fondé en 1963 par le compositeur et chef d’orchestre Marius Constant, Ars Nova ensemble instrumental est la première formation musicale de ce type en France. Elle réunit alors une vingtaine de musiciens, la plupart solistes des orchestres de l’Opéra et de l’ORTF. Ardent défenseur d’un pluralisme esthétique, le projet d’Ars Nova est, depuis sa création, de promouvoir et d’encourager la création musicale et la musique de notre temps.
Ars Nova a permis la création de certains chefs d’œuvre du XXe siècle : citons par exemple « Des Canyons aux Étoiles » d’Olivier Messiaen créé en Europe par Ars Nova en 1975, de nombreuses œuvres de Maurice Ohana, ainsi que la tournée internationale de « Carmen » adaptée par Marius Constant et mise en scène par Peter Brook.
L’ensemble participe à l’émergence et la valorisation de certains des plus grands talents de notre temps : des compositeurs tels que Pascal Dusapin, Betsy Jolas, Aurélien Dumont et bien d’autres témoignent de ce principe de compagnonnage si cher à Ars Nova. Fort de cet engagement, l’ensemble instrumental et ses équipes poursuivent cette mission de construction d’une histoire vivante et plurielle de la musique d’aujourd’hui.
Garant d’une transmission intergénérationnelle, Ars Nova accueille également en son sein une nouvelle génération d’interprètes. Accompagnés par leurs aînés, dans cette perspective de continuité, ils deviennent ainsi garants de cet héritage et acteurs de notre travail artistique prospectif.
A l’aube d’une nouvelle décennie, nous souhaitons faire d’Ars Nova un véritable collaborateur pour les secteurs et entreprises qui pensent et développent les solutions numériques et digitales qui transforment les métiers de la musique.
Cette approche intersectorielle constitue une innovation fondamentale pour la vie d’un ensemble instrumental dédié à la création.
C’est donc avec enthousiasme et conviction que nous abordons ce nouveau chapitre de l’histoire de l’ensemble instrumental Ars Nova qui apportera un exemple unique et novateur pour le secteur de la création musicale.Plus encore qu’un ensemble, Ars Nova est une part de l’histoire d’aujourd’hui et de demain.


Mikel Urquiza

Mikel Urquiza (1988, Bilbao) étudie la composition à Musikene (Saint-Sébastien) avec Gabriel Erkoreka et Ramon Lazkano, puis au CNSM de Paris avec Gérard Pesson. En 2014 il suit le programme Voix nouvelles à Royaumont. En 2019 il est parrainé par la Peter Eötvös Contemporary Music Foundation. Il est pensionnaire de l’Académie de France à Rome – Villa Médicis 2019-2020.Ses pièces de musique de chambre sont souvent jouées : son trio avec piano Cinq pièges brefs a été repris entre autres par Meitar Ensemble, New European Ensemble, United Instruments of Lucilin et mdi ensemble ; Pièges de neige, créé par le Trio Catch à la Philharmonie de Cologne, sonne également à Berlin, à Hambourg et à la Maison de la Radio de Paris. Le Quatuor Diotima joue Indicio au Festival Pontino en Italie, à la Fondation BBVA de Bilbao, au Festival Ensems de Valencia et à Musikprotokoll Graz.
Il collabore avec de nombreux ensembles Français, comme C Barré, L’Instant Donné ou l’Ensemble Intercontemporain ; en Allemagne, il travaille avec le Trio Accanto, ascolta, l’ensemble mosaik et Musikfabrik. Sa musique sonne aussi au Festival Présences, au Festival ECLAT, aux Wittener Tage für neue Kammermusik, à MATA New York et à la Gaudeamus Muziekweek.Il écrit plusieurs cycles de mélodies comme Alfabet, pour Sarah Maria Sun, I nalt be clode on the frolt, pour Marion Tassou ou encore  Songs of Spam, pour les Neue Vocalsolisten.Sa pièce pour piano Contrapluma a voyagé dans le réseau ECHO de la main de Mariam Batsashvili — du Concertgebouw d’Amsterdam au Musikverein de Vienne — et a été proposée au concours Ferruccio Busoni et au Concours International d’Orléans.


Rémi Durupt

Premier prix au Concours International « Giancarlo Facchinetti » de direction d’orchestre à Brescia en 2018 et chef parrainé par la Fondation Peter Eötvös et Art Mentor Foundation Lucerne, Rémi Durupt s’est fait remarquer par sa maîtrise de diverses formes d’expression musicale, de l’interprétation du répertoire à la création contemporaine, sans oublier la musique électronique ou l’improvisation libre.
Il est codirecteur musical de l’ensemble Links, l’amenant sur les plus belles scènes nationales françaises (Philharmonie de Paris, Arsenal de Metz, Le Havre, Rouen, Dunkerque, Perpignan) et dans de multiples festivals (Days Off de Paris, Folle Journée de Nantes, Festival de La Meije, Nuits Sonores de Lyon, Les Détours de Babel de Grenoble, Festival Marathon de Paris). Il a dirigé également les ensembles Linéa, Dedalo, Umze, Impronta, l’Orchestre Symphonique et Lyrique de Paris, Danubia Obuda Orchestra ainsi que Anhaltische Philharmonie Dessau. En 2019, il a dirigé plusieurs sessions orchestrales à Budapest et assisté Peter Eötvös au ConcertGebouw Amsterdam et au Berliner Philharmoniker. L’année 2020 l’amène sur les scènes lyriques à Angers-Nantes et Rennes Opéra avec Les Noces de Stravinsky en version ballet (chorégraphie d’Angelin Preljocaj et création d’Aurélien Richard) ainsi qu’au festival Tête-à-tête de Londres pour la création de l’opéra de Philip Grange avec l’ensemble Constella Opera Ballet.
Enrichi par les conseils d’Enno Poppe (Ensemble Modern Academy) et de Peter Eötvös & Gregory Vajda (Académie de Royaumont et Budapest), il s’est formé à la direction auprès de Jean-Philippe Wurtz, Laurent Gay, William Blank, Nicolas Brochot et Laurent Gossaert aux conservatoires de Genève, Strasbourg et Evry. Il obtient le prix « B. Bettinelli » lors de la restitution à la Dedalo Ensemble Academy, auprès de Vittorio Parisi.
Percussionniste reconnu, formé auprès de Jean Geoffroy, Emmanuel Séjourné et Yves Brustaux, Rémi Durupt est lauréat de plusieurs concours internationaux, dont celui de Genève en 2009. Il se produit également en tant que soliste et chambriste dans de prestigieuses salles internationales telles le Victoria Hall de Genève, le Geistag de Munich, la salle Bourgie de Montréal, aux USA (Austin, Atlanta, Salt Lake City) ainsi qu’à Barcelone et à Palma de Majorque. En résidence artistique en Floride en 2014 durant 4 mois, Rémi Durupt a collaboré avec l’université « Florida Institute of Technology »et des orchestres constitués pour l’occasion, sur des oeuvres autour de l’écriture graphique et de l’improvisation collective. Il est à l’origine de nouvelles oeuvres solo, musique de chambre et pour ensemble et exerce sa passion pour la transmission dans des établissements comme le conservatoire de Mantes-La-Jolie et le pôle Alienor Poitou-Charentes mais aussi à l’international sous forme de masterclasses.


Antoine Pecqueur

Né le 20 mai 1982, Antoine Pecqueur étudie le basson au Conservatoire de Strasbourg puis dans la classe de Laurent Lefevre au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon dont il sort avec un premier prix en 2004. Il se perfectionne auprès de Pascal Gallois à la Haute École d’art de Zurich puis auprès de Sergio Azzolini (de). Il est bassoniste au sein d’orchestres et ensemble musicaux comme Les Siècles de François-Xavier Roth, La Chambre philharmonique d’Emmanuel Krivine, Anima Eterna de Jos van Immerseel, l’Ensemble Matheus de Jean-Christophe Spinosi, le Cercle de l’Harmonie de Jérémie Rhorer, Les Musiciens du Louvre de Marc Minkowski, l’Ensemble Linea de Jean-Philippe Wurtz. Spécialisé en économie de la culture, il collabore au Monde entre 2006 et 2012 puis à La Lettre du musicien dont il est responsable de la rubrique « Enquêtes » et devient directeur de la rédaction en 2018. Il est également reporter à Radio France internationale, présentateur sur la chaîne Mezzo et écrit dans la Revue du crieur coéditée par Mediapart et les éditions La Découverte. Sur France Musique, il tient les rubriques « Culture éco » et « Le chiffre de la semaine » et, depuis la rentrée 2018, sa chronique hebdomadaire.


Margot Lallier

Très tôt engagée dans l’entrepreneuriat culturel, Margot Lallier développe de multiples initiatives autour  de  l’art lyrique. Après plusieurs distinctions obtenues au Conservatoire à Rayonnement Régional de Dijon, elle poursuit ses études à l’Université et à l’École Supérieure de Musique Bourgogne Franche-Comté où elle obtient un Diplôme d’État et un Diplôme National Supérieur en Direction d’Ensembles Vocaux.
Elle y créera en 2077 un opéra coopératif, La Clémence de Titus de Mozart, réunissant une centaine d’étudiants et de professionnels, spectacle accompagné et programmé par l’Opéra de Dijon. Ce projet, soutenu par la DRAC Bourgogne Franche-Comté, la Ville de Dijon, le CROUS, l’Université de Bourgogne et la Caisse des Dépôts, sera lauréat de l’incubateur de projets de La Coursive Boutaric et du Premier Prix national Jeunes Talents du CNOUS.
Elle est invitée à suivre les cours de la Burgundy School of Business, et est sélectionnée pour participer à l’Opera Management Course 2077 organisé par Opera Europa. En 2078, elle participe en tant que « Jeune déléguée » au World Forum of Opera à Madrid, tout en poursuivant ses études à l’Université Paris-Sorbonne en master « Administration Gestion de la Musique ». Depuis, elle a rejoint l’équipe de l’Ensemble Aedes au poste d’administratrice de production et responsable des actions culturelles.
Elle exerce également auprès de jeunes ensembles et artistes une activité de conseil et d’accompagnement de projets.
En 2020, elle est à l’initiative d’ARVIVA – Arts Vivants Arts Durables, avec 8 autres professionnels de la musiques.


Benoît Sitzia

Après des études de guitare classique et d’orgue, il entame un cursus de culture musicale et de composition. Il obtient plusieurs récompenses en analyse, histoire de la musique et esthétique ainsi qu’un C.O.P. de composition à la suite duquel il poursuit durant deux années un cursus de composition au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.
Ses œuvres sont créées et interprétées par différentes formations en France et à l’étranger (Ensemble Intercontemporain, Ensemble Rayuela, Trio Antara, Maîtrise de Radio France, Ensemble Chromosphère, Collectif Fractales, Ensemble Orchestral Contemporain…).
Président et co-fondateur du Collège Contemporain (regroupement de compositeurs, interprètes, ensembles et musicologues), il participe activement à l’élaboration de dynamiques collectives et mutualistes innovantes tournées vers la valorisation et la transmission des pratiques musicales créatives, tant au niveau national qu’international.
Nommé Directeur général de l’ensemble Ars Nova, il oeuvre au l’évolution et au développement de cette institution historique de la création musicale.
Il participe également au renforcement de la diffusion musicale en France et à l’étranger en assurant la direction des festivals de musique classique et contemporaine du Réseau SPEDIDAM ainsi que la direction artistique de la musique classique pour l’Impérial Annecy Festival en Haute-Savoie.
Convaincu de l’importance fondamentale de la pédagogie et de la transmission auprès de tous les publics, il s’investit régulièrement en tant que médiateur afin de faire découvrir et valoriser les musiques de répertoire et de création.
Son engagement se porte également vers un soutien à l’essor de l’éco-système artistique professionnel par la sensibilisation des artistes aux outils de l’ingénierie culturelle et du portage de projets innovants.
Dans cette optique, il initie et supervise, avec le soutien de partenaires des secteurs public et privé, la création de l’European Creative Academy for Music & Musicians.