Intervenants 2019


David Hudry – Directeur pédagogique

Compositeur, musicologue et enseignant en classe préparatoire, David Hudry cultive l’éclectisme dans sa pratique artistique. Sa musique puise son inspiration dans les arts graphiques, notamment dans les oeuvres et réflexions de peintres comme P. Klee et W. Kandinsky, M. H. Vieira da Silva ou encore Zao Wou-Ki. Si ces influences picturales sont profondément ancrées en lui, sa musique se fraie désormais un chemin original à travers les thèmes du monde industriel et des villes abandonnées. Cette nouvelle source d’inspiration visuelle et sonore donne à sa musique un nouveau souffle dans lequel la pulsation, le rythme et le timbre jouent un rôle primordial. Il puise dans les images de friches industrielles et de lieux en déshérence, mais aussi dans la matière sonore brute des industries encore en activité, toute la substance qui donne à sa musique une vitalité et une énergie singulière.
Parallèlement à une formation au Conservatoire de Montpellier, il mène des études de musicologie à l’université Paul Valéry à Montpellier et obtient une Agrégation de Musique en 2002.Il intègre la classe de Composition et Nouvelles Technologies du CNSMDP (E. Nunes, S. Gervasoni, L. Naon) et obtient son Diplôme de Formation Supérieure en 2008. En 2006, il intègre le cursus de Composition et Nouvelles Technologies de l’IRCAM (Y. Maresz, M. Malt, J. Lochard, E. Jourdan) dans lequel explore différents outils d’aide à la composition et élabore une réflexion sur les enjeux esthétiques liés aux nouvelles technologies.
David Hudry a été récompensé par la bourse de la Fondation Meyer (2006), le prix de Composition Pierre Cardin (Institut de France, Académie des Beaux-Arts, 2012), le prix de la “Fondation Francis et Mica Salabert” (2015). Il a reçu récemment le prix jeune compositeur de la Fondation Ernst Von Siemens (2016).
Plus d’information : http://davidhudry.com/


Odile Auboin – Alto

Odile Auboin obtient deux premiers Prix (alto et musique de chambre) au Conservatoire de Paris (CNSMDP). Lauréate de bourses de recherche Lavoisier du ministère des Affaires Étrangères et d’une bourse de perfectionnement du ministère de la Culture, elle étudie à l’université de Yale (U.S.A.), puis se perfectionne avec Bruno Giuranna à la Fondation Stauffer de Cremona (Italie). Elle est lauréate du Concours international de Rome (Bucchi)
Son intérêt pour la création et sa situation de Soliste de l’Ensemble Intercontemporain depuis 1995 lui permettent un travail privilégié avec les grands compositeurs de la seconde moitié du XXe siècle comme György Kurtág ou Pierre Boulez, avec qui elle a enregistré Le Marteau sans Maître pour Deutsche Grammophon et dont elle a créé Anthèmes pour alto au festival d’Avignon. Elle collabore également avec des compositeurs comme Peter Eötvös, Martin Matalon, Dai Fujikura ou Franck Bedrossian. 
Très impliquée dans le domaine de la musique de chambre, elle donne notamment les premières exécutions d’œuvres de George Benjamin, Bruno Mantovani, Marco Stroppa ou Philippe Schœller. 
Attirée par la transversalité entre les divers modes d’expression artistique, elle participe à des projets mêlant arts visuels, danse et nouvelles technologies. 
Elle est membre actif du Collège Contemporain, collectif de compositeurs, interprètes et musicologues, et participe ainsi à l’élaboration de projets collectifs pour la transmission et la création musicale.
Forte de toutes ces expériences et rencontres musicales, elle entame un cycle doctoral de recherche à la Royal Academy of Music (Londres).
Odile Auboin est professeur-assistant au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. 
Elle joue sur un alto A 21 créé par Patrick Charton.


Jens McManama – Cor

Né en 1956 à Portland (Oregon), Jens McManama donne son premier concert en tant que soliste à l’âge de treize ans avec l’Orchestre de Seattle. Après des études à Cleveland auprès du corniste Myron Bloom, il est nommé cor solo à la Scala de Milan en 1974 sous la direction de Claudio Abbado. Il entre à l’Ensemble intercontemporain en 1979. Il est également membre du Quintette à vent « Nielsen » depuis 1982. Il crée à Baden-Baden en 1988 la version pour cor de ln Freundschaft de Karlheinz Stockhausen et participe à de nombreuses créations en formation de musique de chambre, par exemple Traces III, de Martin Matalon (pour cor et électronique), créé à Strasbourg en 2006. Jens McManama est professeur de Musique de chambre au Conservatoire de Paris (CNSMDP) depuis 1994. Il participe régulièrement à des stages de formation pour jeunes musiciens, notamment au Conservatoire américain de Fontainebleau et à Saint-Céré, et donne des master classes sur le répertoire contemporain, en France et aux États-Unis. Soliste, chambriste, musicien d’orchestre, Jens McManama se tourne également vers la direction d’ensembles. Il est l’auteur d’un spectacle en collaboration avec Eugène Durif, Litanies, Fatrasies, Charivari créé à la Cité de la musique en 2004, repris en 2006 sous le titre Cuivres et Fantaisies.


Henri Demarquette – Violoncelle

Musicien passionné et personnalité aux facettes multiples, Henri Demarquette joue du violoncelle comme on embrase une forêt profonde; pas un de ses coups d’archet ne laisse indifférent car il réveille l’inconscient de la musique » O. Bellamy (Le Monde de la Musique).
Entré à 13 ans au Conservatoire national supérieur de musique de Paris, Henri Demarquette étudie avec Philippe Muller et Maurice Gendron. Ses talents de musicien se remarquent très vite et on lui décerne le Premier Prix à l’unanimité à sa sortie d’étude. Il travaille ensuite avec Pierre Fournier et Paul Tortelier, puis avec Janos Starker à Bloomington aux États-Unis.
A 17ans il se produit dans un récital au Théâtre du Châtelet et attire l’attention de Lord Yehudi Menuhin, qui l’invite à partir en tournée avec lui dans le Concerto pour violoncelle de Dvorak. En 2005, il reçoit le Prix des jeunes musiciens de la Fondation Simone et Cino del Duca, décerné par l’académie des Beaux-Arts.
Sa carrière prend alors un tournant international, qui le conduit dans de nombreuses capitales où il se produit avec les plus grands orchestres français et étrangers, notamment les orchestres nationaux de France et de Bordeaux Aquitaine, le Paris Orchestral Ensemble, les symphoniques de Tokyo et Varsovie, le Neue Philharmonie Westphalen, le London Philharmonic et le Vienna Chamber Orchestra.
Il joue également en compagnie de ses partenaires pianistes privilégiés : Boris Berezovsky, Michel Dalberto, Jean-Bernard Pommier, Fabrizio Chiovetta, Vanessa Benelli-Mosell, Jean-Frédéric Neuburger ; et se produit en quatuor à cordes aux côtés d’Augustin Dumay, Svetlin Roussev et Miguel da Silva depuis 2015.
Sa créativité et son ouverture d’esprit se manifestent à travers les nombreux projets parallèles qu’il mène. Il monte donc en 2014 un programme éclectique s’étendant de Bach à Galliano en duo avec l’accordéoniste Richard Galliano, et crée l’œuvre « Contrastes » pour accordéon, violoncelle et orchestre, avec l’Orchestre royal de chambre de Wallonie. La même année, il est l’initiateur de « Vocello », une formation originale pour violoncelle et chœur a capella avec l’Ensemble Vocal Sequenza 9.3. dirigé par Catherine Simonpietri.
Trois ans plus tard, il est le créateur du Concerto pour violoncelle de Michel Legrand, qui fait l’objet d’un enregistrement sous le label Sony avec l’Orchestre philharmonique de Radio-France, dirigé par Mikko Franck.
Sa curiosité naturelle l’amène à jouer régulièrement de la musique contemporaine et à travailler main dans la main avec les compositeurs actuels : Olivier Greif (Concerto “Durch Adams Fall”), Pascal Zavaro (Concerto), Eric Tanguy (Nocturne), Florentine Mulsant (Sonate) and Alexandre Gasparov (Nocturne).
Son concert en 2016 du concerto d’Henri Dutilleux « Tout un monde lointain » avec l’Orchestre de l’Academie Musicale de Mannheim sous la direction de Frédéric Chaslin est filmé par France Europe Média avec le soutien de la SACEM.
Henri Demarquette joue « le Vaslin », violoncelle crée par Stradivarius en 1725 et confié par LVMH/Moët Hennessy Louis Vuitton. Son archet est un Persois datant de 1820.


Tedi Papavrami – Violon

D’origine albanaise, Tedi Papavrami grandit auprès d’une mère programmatrice musicale en radio, et d’un père violoniste et pédagogue. Enfant prodige, il n’a que huit ans lorsqu’il fait déjà sensation avec l’Orchestre Philharmonique de Tirana, interprétant les vertigineux Airs bohémiens de Sarasate. Encore très jeune, il part pour la France suivre les leçons de son maître Pierre Amoyal au Conservatoire de Paris, s’échappant par ailleurs de la politique dictatoriale de son pays natal. Sa progression est fulgurante. Le surdoué, encore très jeune, se retrouve médiatisé, mis sous les projecteurs d’un plateau de télévision lors de l’émission grand public « Le grand échiquier ». A 15 ans, premiers prix en poche, il entame une carrière internationale.
Adulé par un public conquis, Tedi Papavrami, au jeu inspiré, spirituel, fluide, toujours vibrant, multiplie les dates de concert. Il parcourt en solo, mais sans négliger par ailleurs le répertoire symphonique, sous la baguette d’un Sanderling, Papano, Jordan, Krivine, Roth, Fischer, Varga… Son intérêt complémentaire pour la musique de chambre est tel que ses rencontres artistiques, plurielles et fructifiantes, l’amènent à se produire auprès de solistes partenaires comme Philippe Bianconi, Nelson Goerner, Maria Joao Pires, Martha Argerich, Garry Hofmann, Marc Coppey, Paul Meyerou encore Lawrence Power. En 2011, il entame un travail autour des « Sonates et Trios avec piano » de Beethoven entouré du violoncelliste Xavier Phillips et du pianiste François Frédéric Guy. Tedi Papavrami est membre du Quatuor Schumann durant neuf années, formation avec piano avec laquelle il obtient notamment, en 2006, le « Choc du Monde de la Musique » et « Diapason d’Or » pour l’enregistrement « Chausson – Fauré ». En matière de récompenses, le violoniste a également reçu le « Diapason d’Or 2014 » du soliste instrumental de l’année pour son enregistrement de l’intégrale des sonates d’Ysaÿe. Cette même année, il donne aussi, en deux concerts et à guichets fermés, une intégrale des « Sonates et Partitas » de Bach au temple de la Fusterie de Genève. L’artiste est l’invité de différents festivals, comme, en France, le Festival Musique et Nature en Bauges ; le festival de musique de Menton ; les Flâneries Musicales de Reims ; le festival de musique de chambre de Perros-Guirrec ; le festival de Saint-Lizier…


Garth Knox

Garth Knox, altiste explorateur d’origines écossaise et irlandaise, compte actuellement parmi les musiciens les plus recherchés sur la scène internationale. Il déploie sa virtuosité dans des domaines très variés, depuis les musiques médiévales et baroques jusqu’au répertoire contemporain et l’improvisation, en passant par la musique traditionnelle.
Après ses études au Royal College of Music à Londres où il remporte de nombreux prix, Garth Knox devient membre de l’English Chamber Orchestra, petite formation sans chef qui lui permet de travailler avec des solistes tels que Daniel Baremboim, Pincas Zukerman, Itzak Perlman ou James Galway.
Sur l’invitation de Pierre Boulez, Garth Knox devient membre de l’Ensemble Intercontemporain à Paris en 1983, où il crée de nombreuses œuvres en soliste et en musique de chambre (Boulez, Xenakis, Donatoni etc.) Il participe à de grandes tournées internationales (USA, Australie, Russie, etc…). Durant cette période, il collabore avec des artistes tels que Christophe Coin (musiques baroques sur instruments d’époque) et Gyorgy Zamphir (musique folklorique de Roumanie). De 1990 à 1997, Garth Knox est l’altiste du prestigieux Quatuor Arditti, avec lequel il fait plusieurs fois le tour du monde, jouant devant toute sorte de public, et collaborant avec la plupart des grands compositeurs du moment : Ligeti, Kurtag, Berio ou encore Stockhausen (notamment pour son fameux “Helicopter Quartet” joué dans quatre hélicoptères).
En 1998, il quitte le Quatuor Arditti et s’installe à Paris. Depuis il multiplie ses activités dans différents domaines artistiques. Il donne de nombreux concerts en soliste, avec et sans electronique. Il collabore avec des chorégraphes et des metteurs en scène.
Avec la viole d’amour il explore le répertoire baroque et suscite un renouveau pour cet instrument insolite, qu’il utilise en instrument acoustique ou amplifié, contribuant à créer un répertoire contemporain pour cet instrument. En improvisateur, il joue avec Dominique Pifarely, Bruno Chevillon, Benat Achiary, Steve Lacy, Scanner…
Il a enregisté de nombreux CD, parmi lesquels un récital de pièces pour alto seul (Ligeti, Kurtag, Sciarrino, Dusapin, Berio, Dillon) sorti chez Naïve (MO 782082), qui a gagné le prestigieux Deutsche Schallplatte Preis.
Il est également un compositeur prolifique, notamment avec la série des « Viola Spaces » études pour cordes (publiées en 2010 par Schott Music) qui mêlent des innovations radicales dans la technique des instruments à cordes au plaisir jubilatoire de la composition. Ces pièces sont jouées dans le monde entier par de jeunes interprètes.
Garth Knox est Professeur invité à l’Académie Royale de Musique de Londres.


Benoît Sitzia

Après des études instrumentales de guitare classique et d’orgue, il entame un cursus de culture musicale et de composition en 2011 au CRR d’Annecy dans la classe de Jean-Pascal Chaigne. Après plusieurs récompenses en analyse, histoire de la musique et esthétique il obtient un C.O.P. de composition avec la mention TB au CRR de Reims dans la classe de Daniel D’Adamo et suit pendant deux années un cursus de composition au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris dans la classe de Stefano Gervasoni.
Il dirige actuellement le Collège Contemporain (regroupement de compositeurs, interprètes et musicologues) et participe ainsi avec son équipe et les membres de ce réseau à l’élaboration de dynamiques collectives et mutualistes pour l’innovation, la transmission et le renforcement de la créativité dans les pratiques musicales d’aujourd’hui au niveaux national et international.
Afin de promouvoir la musique et les arts comme moteur de l’innovation et de la transformation, il oeuvre pour le développement et le renforcement des dynamiques créatives dans les stratégies d’entreprises et d’investissements à travers différents dispositifs et évènements.
Il assure également la direction artistique de la musique classique pour l’Impérial Annecy Festival en Haute-Savoie et préside l’European Creative Academy for Music & Musicians.
Également convaincu par l’importance fondamentale de la pédagogie et de transmission , il mène une activité de médiateur afin de faire découvrir et promouvoir la musique de répertoire et la création musicale auprès de tout les publics.


Newzik

Newzik est le lecteur de partitions numériques conçu pour répondre aux besoins les plus exigeants des orchestres et des ensembles. De la préparation jusqu’au concert, Newzik permet aux musiciens de bénéficier de partitions personnalisables, d’une tourne de page sans les mains et d’un système de partage des annotations en temps réel entre les différents membres.
Start-up innovante et numérique du domaine musical, Newzik est parfaitement en adéquation avec le projet de l’ECA. Calixte Bailliard de l’équipe de Newzik viendra la journée du 22 août présenter aux musiciens professionnels, académiciens et publics amateurs leur solution et expliquer comment Newzik apporte un soutien et une expertise technologiques aux orchestres et aux ensembles afin qu’ils puissent entrer sereinement dans l’ère du numérique.
Plus d’informations sur Newzik : https://newzik.com/fr/


François Nowak


Didier Schnorhk

Didier Schnorhk dirige depuis 1999 le Concours de Genève en tant que Secrétaire Général. Il assure la bonne marche administrative et financière du Concours et coordonne sa politique artistique. Porte – parole du Concours de Genève, il en assure le rayonnement et pilote également la partie artistique du Concert des Amis du Concours de Genève.
Violoncelliste diplômé du Conservatoire de Genève, Didier Schnorhk mène une carrière de musicien indépendant et se produit au cœur de divers ensembles à Genève (Orchestre de Suisse Romande, L’ Orchestre de Chambre de Genève) ainsi qu’à Lausanne (Sinfonietta) avant de prendre la direction par intérim de l’Orchestre du Collegium Academicum. Il devient Adjoint du directeur artistique de L’Orchestre de Chambre de Genève en 1995. Il travaille également pour divers mandats en tant qu’expert en musique écrite notamment pour Expo 02.
Ancien président de l’Association de l’Orchestre de Chambre de Genève (1995-1997), Didier Schnorhk est Vice-président élu du Comité de la Fédération Internationale des Concours Internationaux de Musique (FMCIM) depuis avril 2006. Il est également Président du Comité du Festival Archipel (Genève), Président de l’Ensemble Vocal Genevois Séquences (Genève) et Président de la Section Beaux Arts, Musique et Lettres de l’Institut National Genevois.
Plus d’informations sur le Concours de Genève : https://www.concoursgeneve.ch


Philippe Albèra

Philippe Albèra est né en 1952 à Genève. Il suit des études de musique au Conservatoire de Genève et de musicologie à l’Université Paris VIII. Il crée Contrechamps en 1977, puis l’Ensemble Contrechamps (1980), la Revue Contrechamps (1983), les Éditions Contrechamps (1991), et le festival Archipel (1992). Il enseigne l’histoire de la musique et l’analyse dans les Hautes Écoles de Musique de Genève et Lausanne. Il a édité plus de 40 livres sur la musique du XXe siècle, et un recueil de textes, « Le Son et le Sens, essais sur la musique de notre temps ». Il a reçu le Prix de la Ville de Genève (2003), le Prix Meylan (2007), et le Prix « Happy New Ears » à Munich (2011).
Plus d’informations sur les Editions Contrechamps : https://contrechamps.ch/editions/


Magali Rousseau

Magali Rousseau, est au bénéfice d’une expérience d’une vingtaine d’années en tant qu’administratrice, déléguée artistique ou responsable de production dans le domaine musical.
Directrice générale de l’Orchestre de la Suisse Romande (OSR) depuis 2016, elle a été précédemment administratrice déléguée de l’Orchestre philharmonique de Radio France (2011-2016), responsable de production à l’Ensemble intercontemporain (2008-2011), déléguée artistique (2005-2008) et responsable de production (1999-2005) de l’Orchestre de Bretagne.
Après une formation initiale dans le domaine des lettres et arts (DEUG, licence) et une maîtrise en musicologie (Paris IV Sorbonne), elle s’est spécialisée dans le management culturel (DESS de gestion culturelle).
Magali Rousseau a étudié la percussion et le piano au CRR de Clermont-Ferrand et a perfectionné ses études de piano au CRR de Rueil-Malmaison.
Ce parcours professionnel lui permet de mettre aujourd’hui à contribution des compétences en management, gestion de personnel, négociation, finance, programmation et organisation d’évènements artistiques.
Plus d’informations sur l’Orchestre de la Suisse Romande : http://osr.ch/fr


Gregory Vajda

Salué comme un « jeune titan » par la Gazette de Montréal après avoir dirigé l’Orchestre symphonique de Montréal dans Barbe bleue de Bartók et Erwartung de Schoenberg, Gregory Vajda est rapidement devenu l’un des chefs les plus en demande sur la scène internationale. Reflétant sa présence et sa demande croissantes en Amérique du Nord, il a été nommé en 2011 sixième directeur musical du Huntsville Symphony. Après avoir terminé son mandat de trois ans comme premier chef d’orchestre, il a été nommé premier chef invité de l’Orchestre symphonique de la radio hongroise en 2014. M. Vajda est directeur musical du Portland Festival Symphony et directeur artistique de l’International Armel Opera Festival. M. Vajda est souvent invité à donner des conférences et à donner des cours de direction d’orchestre et de composition à la Peter Eötvös Contemporary Music Foundation.
Plus d’informations sur la Fondation Peter Eötvös : http://eotvosmusicfoundation.org


Jean-François Boukobza

Né en 1965, Jean-François Boukobza est titulaire du Certificat d’Aptitude de professeur de culture musicale, du Certificat d’Aptitude de professeur chargé de direction, du Diplôme d’État de professeur de piano. Il est producteur à Radio Classique et collaborateur régulier de la revue Avant-Scène Opéra. Il enseigne la culture musicale (histoire de la musique, analyse) au Conservatoire national de région d’Aubervilliers/La Courneuve depuis 1993. Il est chargé de cours d’Analyse (analyse instrumentistes pour la Formation Supérieure aux Métiers du Son) au CNSMDP depuis 1998.


Éléonore Dupraz

Éléonore a suivi, en parallèle, deux parcours très différents mais complémentaires. 
D’un côté, elle se forme en techniques de gestion de stress et de santé naturelle et énergétique, notamment en kinésiologie à Espace Kinésio à Lyon et en énergétique chinoise et acupuncture sensitive à L’Ecole San Bao à Chanas.  Elle pratique en cabinet depuis 2010 et est aujourd’hui installée en Corrèze. 
Par ailleurs, elle pratique le théâtre depuis 2004 : match d’improvisation, pièces classiques et contemporaines, duo théâtre musique …  En 2014, elle co-fonde l’Association Réponses XX-XXI, afin de promouvoir la création artistique, le travail des jeunes artistes et la médiation avec le public. Aujourd’hui, elle anime également des ateliers de théâtre pour les enfants.
Depuis ses débuts elle s’intéresse au lien entre musique et théâtre, défendant une interaction subtile, horizontale et poétique entre ces deux disciplines.
Plusieurs de ses textes ont été mis en musique par Benoît Sitzia : Méta, créé par l’ensemble Sound Initiative, et L’agogique du silence, crée par l’Ensemble Chromosphère, ou Weltinnenraum créé par les élèves du DAI contemporain du CNSM de Paris.
Avec la Cie du Domaine Théâtral elle a écrit et réalisé … en pièces, Inéru, Nekuia, Dyadikotita, et La Boîte à Joujoux (d’après le ballet de C.Debussy).
En 2020, elle met en scène pour la compagnie Les Plumes Nocturnes, le spectacle musical « Le flûtiste et son Buffle ».
En tant que comédienne, elle jouera le personnage d’Adèle, dans le « Trio en Mi Bémol » d’Eric Rohmer, mis en scène par Véronique Lesergent et avec l’ensemble Ars Nova, qui sera créé le 23 octobre 2020 à la scène nationale l’Empreinte à Tulle. 
Plus d’informations : www.domainetheatral.fr ou www.latelierdeole.org